Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

La Dassocratie au cinéma de Montreuil avec « La cause et l’usage »

C’est avec une excitation toute particulière que je reprends le clavier pour écrire sur le blog. Cela faisait des mois que je n’avais pas fait le pas, mais là impossible de faire autrement. La motivation du premier instant, celle qui m’avait poussée à créer mon premier blog, qui revient. Je sens que ça va faire plaisir à quelques un-e-s 😉

Afin que tout le monde puisse bien comprendre cet étalage de joie, je me vois dans l’obligation de donner quelques explications.

Lire la Suite

5 ans déjà et puis s’en va …

Cela faisait un moment que je n’avais pas pris la plume pour écrire sur le blog. Aujourd’hui je ne vous parlerais pas des nombreuses ouvertures de cirques qui se sont ouverts ce dimanche et ou il y avait la possibilité de faire le choix du clown qui fera des cabrioles et le grand écart durant plusieurs mois. J’ai nommé la primaire des socio-libéraux.

Ce n’est pas non plus en pamphlet sur Nicolas S., bien que j’ai encore quelques idées de billets sur sa majesté Sarkoléon 1er.

Non, aujourd’hui je vais vous parler des 5 ans de ce blog. Il y a deux A l’origine j’avais eu l’idée de faire ce blog pour pousser des coups de gueules par rapport à la politique de la droite de Corbeil-Essonnes. Je crois bien y avoir fait le travail nécessaire qui a permit à de nombreuses lectrices et de nombreux lecteurs de trouver là les arguments et les moyens de se retrouver les uns et les autres pour mobiliser les citoyennes et citoyens à créer l’alternative de gauche qui fera basculer Corbeil-Essonnes.

Au fil du temps et de mon engagement politique vous avez pu voir ce blog, changer, évoluer et s’identifier de plus en plus vers ce qui est devenu l’organisation avec laquelle je milite aujourd’hui, le Parti de Gauche membre du Front de gauche.

Donc voilà 5 ans de politique sur Corbeil-Essonnes, Evry, l’Essonne qui vont prendre fin !

Quoi ! Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

Et bien chers lecteurs me voilà sur le départ. Je quitte ma ville natale, je quitte l’Essonne. Oui vous avez bien compris ! Dans un prochain billet je vous parlerais de la ou je vais. Bien que plusieurs ami(e)s, camarades soient déjà bien au courant de ma destination je me devais de vous en informer puisque la destination de ce blog suivra la mienne.

Certains vont se réjouir de mon départ, je m’en doute fort ! Mais je vous rassure j’aurais toujours un oeil sur ce qui se passe dans la 1er circonscription de l’Essonne et n’hésiterais pas à faire les commentaires comme il se doit quand la situation l’exige. Et je ne manquerais pas de vous parler des blogs de mes camarades qui ont pris la suite depuis un bon moment et que j’incite depuis longtemps à écrire sur tel ou tel sujet.

Vive le peuple!  Qu’il prenne toute sa place pour 2012.

A bientôt,

Amitiés militantes

Sénatoriales : Communiqué du Parti de Gauche 91

Le Parti de Gauche apprend ce matin par voix de presse la nouvelle configuration de la liste pour l’Essonne qui aurait été préparée nationalement par le PS, EELV et le PCF en vue des élections sénatoriales du 25 septembre prochain.

Les premiers de liste de la nouvelle configuration seraient les suivants Jean-Vincent Placé (EELV) tête de liste, la seconde place Claire-Lise Campion (PS), la troisième place Bernard Vera (PCF) alors que jusqu’à maintenant le premier devait précéder une candidate du Front de Gauche et un candidat du PS.

Ces négociations menées sans aucune discussion avec le Parti de Gauche ont pour effet de l’évincer du Sénat en Ile de France. Elle éliminerait en effet Marie-Agnès Labarre sénatrice sortante du Parti de Gauche. A l’heure où la gauche devrait se rassembler pour espérer remporter le Sénat il est désolant de constater que certains paraissent préférer s’engager sur la voie de l’exclusion et du sectarisme. Le PG n’entend pas accepter cet état de fait.

Par conséquent si cette information se confirmait le PG présenterait une liste en Essonne comme dans le 75, 77, 92, 94 et 95 soit tous les départements concernés par ces négociations. Marie-Agnès Labarre aura toute légitimité à conduire notre liste.

Le Parti de Gauche Essonne

Déchets hautement radioactifs en Essonne

Un train transportant du combustible usé italien hautement radioactif devrait quitter l’Italie pour rejoindre le terminal ferroviaire de Valognes (Manche). En France, il traversera 12 départements (la Savoie, l’Ain, la Saône-et-Loire, la Côte-d’Or, l’Yonne, la Seine-et-Marne, l’Essonne, le Val-de-Marne, les Yvelines, l’Eure, le Calvados et la Manche), et empruntera les voies du RER en région parisienne, comme le mardi 8 février 2011.

Ce wagon après être passé par Chambéry, Bourg en Bresse, Montereau-Fault-Yonne, Melun, va traverser notre département entre 2h50 et 6h15 le 10 mai.

– 2h48 Boussy-Saint-Antoine, Essonne
– 2h49 Brunoy, Essonne
– 2h51 Yerres, Essonne
– 2h52 Montgeron, Essonne
– 2h57 Villeneuve-Saint-Georges
– 5h37 Vigneux-Sur-Seine, Essonne
– 5h38 Juvisy-Sur-Orge, Essonne
– 5h49 Savigny-Sur-Orge, Essonne
– 5h53 Epinay-Sur-Orge, Essonne
– 5h57 Balizy, Essonne
– 5h59 Chilly-Mazarin, Essonne
– 6h00 Longjumeau, Essonne
– 6h06 Massy, Essonne
– 6h11 Igny, Essonne
– 6h13 Bièvres, Essonne

Il poursuivra sa route dans le département des Yvelines et traversera les villes de Versailles, Plaisir …. Dans sa totalité il traversera des secteurs ou vivent des millions d’habitants. De 2h à 8h du matin en région parisienne.

Un transport à haut risque

Hautement radioactif, le combustible usé, composé majoritairement d’uranium, mais aussi de plutonium, dégage énormément de chaleur. Comme tout transport de matières radioactives, ce convoi montre des risques en termes de sûreté et de sécurité, notamment du fait de la concentration des déchets dans les wagons. Il ne permet pas non plus d’éviter les zones urbaines.

Les rayonnements radioactifs “Gamma“ émis par les conteneurs “CASTOR“ se propagent à plusieurs dizaines de mètres du wagon et exposent à des radiations ionisantes les personnes situées à proximité, entraînant un risque pour les riverains et les cheminots. La réglementation sur le transport des matières radioactives autorise des débits de dose pouvant aller jusqu’à 2 milliSievert par heure au contact du wagon, soit un niveau de radiation environ 20 000 fois supérieur à la radioactivité naturelle(2).

Un transport tenu secret

Malgré ces risques, les autorités ne fournissent aucune information sur ce type de transports, et taisent leur dangerosité pour les riverains, la population et les salariés concernés. Certains services de l’Etat et les collectivités et élus locaux, qui devraient être formés et avertis pour pouvoir réagir et mettre en œuvre un plan d’urgence en cas de problème, sont maintenus dans l’ignorance.

Le Réseau « Sortir du nucléaire », RNA et SUD-Rail tiennent à rappeler qu’il est conseillé aux agents et au public de se tenir éloignés d’un convoi hautement radioactif stoppé en gare, et incitent les cheminots à exercer leur droit de retrait en cas d’intervention sur ces convois.

Un transport inutile

L’industrie nucléaire produit chaque année des tonnes de déchets dont on ne sait que faire(3). Certains pays étrangers, dont l’Italie, envoient le combustible usé issu de leurs centrales à l’usine AREVA de La Hague pour qu’il y soit “traité“ : l’Hexagone est ainsi régulièrement traversé par ces déchets.

Pourtant, loin d’être une solution, le “traitement“ des déchets engendre des risques et des transports supplémentaires. Il contamine de manière irréversible la pointe du Cotentin en rejetant des effluents chimiques et radioactifs dans l’eau et l’environnement. Il est de surcroît inutile : le traitement à l’usine de La Hague ne diminue pas la radioactivité des déchets, mais il augmente au contraire leur volume. Ainsi, pour une tonne de matière retraitée, environ 65 m3 de déchets sont produits.

Danger pour le personnel et les voyageurs

Il est donc légitime de s’interroger sur le danger sanitaire de ce wagon tant pour le personnel de la SNCF, de RFF, d’AREVA et des entreprises de manutention, que pour les personnes circulant à proximité immédiate dans les trains de voyageurs ou attendant sur les quais des gares qu’il traverse et où il a stationné parfois plusieurs heures.

Le danger est le même pour le personnel des forces de l’ordre lorsqu’elles voyagent plusieurs heures sans aucune protection dans de simples wagons de voyageurs dans des trains spécialisés convoyant plusieurs conteneurs de matière radio-active (les consignes données au personnel de la SNCF l’invitent à ne pas s’approcher des wagons radio-actifs).

Nous devons exiger toute la transparence sur ces transports. Toutes les personnes concernées, les travailleurs intervenants à proximité, les populations riveraines et les usagers des chemins de fer, doivent être pleinement informées des risques encourus, des précautions à prendre,  de la règlementation en vigueur et des mesures prises  pour veiller à son respect.

Pour les agents de la SNCF, de RFF d’AREVA et d’entreprises de manutention, quels sont les consignes et dispositifs de protection, gants, lunettes, voir combinaisons, portiques et autres mesures de la radio-activité sur les installations fixes et mobiles, etc..

Pour les usagers, quelles sont les consignes de maintien à distance et leur signalement sur les quais ? Quels sont les dispositions de circulation et de stationnement respectif des autres trains et de ce wagon radio-actif pour limiter la réception au passage de dose de radiation ?

Qui serait responsable donc sanctionné en cas de déraillement, quand tout est fait pour diluer les responsabilités, quand on constate que les cadres dirigeants de ces diverses entreprises, pourtant à ce jour encore toutes en partie contrôlées par l’actionnaire majoritaire, l’Etat,se renvoient la balle ? Alors que les alertes ont été lancées et rendues publiques sur la dégradation progressive du Réseau Ferré de France, faute de moyens consacrés à son entretien ? Alors que nombre d’accidents du travail dans ces secteurs sont la conséquence incontestable de la dégradation des conditions de travail imposées par le « management » : recours à des travailleurs intérimaires et mise en postes exposés de jeunes travailleurs encore insuffisamment formés et encadrés ? Quelles sont les consignes et l’entraînement dont disposent pour ce transport les personnes en charge de la sécurité des travailleurs et des populations, élus, administration, Services Départementaux d’Incendie et de Secours ?

Nous devons demander que ce transport soit assorti, tant sur les quais des gares traversées que lors des stationnements, de mesures de radio-activité menées par un laboratoire à l’indépendance incontestée.

Nous devons demander que les dispositions de protection et de sécurité, tant à prendre réglementairement que déjà mises en œuvre, soient immédiatement rendues publiques avant la circulation d’un wagon radio-actif.

Pour plus d’information : http://www.sortirdunucleaire.org/

NON A LA FERMETURE DU CENTRE DE TRI DE BONDOUFLE !

L’agglomération d’Evry va-t-elle devenir un « désert urbain » ? Après le départ du groupe Carrefour, La Poste annonce la fermeture de son centre de tri départemental à Bondoufle ! C’est inacceptable…

A l’appel de lʼintersyndicale du Centre de Tri (SUD-FO-CGT-CFDT-CFTC) et du personnel (plus de 300 agents), un Comité de soutien s’est constitué lors dʼune première réunion qui a rassemblé plus de 200 personnes…

La Poste n’en finit plus de mettre en péril le service public postal au nom de l’argent roi. L’annonce de la fermeture du Centre de Tri départemental nʼa pas de sens et représente un énorme gâchis ! Gaspillage humain dʼabord, car la fermeture du centre de tri représente la suppression de 300 emplois sur le département de lʼEssonne ! Le personnel sera reclassé, certes, mais les emplois seront bien supprimés eux ! Dʼautre part, comme dʼhabitude, ce sont plus de 300 familles qui verront leur quotidien bouleversé par les choix dʼune direction qui ne veut rien discuter. Gaspillage financier ensuite car le centre de tri est équipé dʼun matériel de tri moderne. Il pourrait être équipé de nouvelles machines de tri à moindre frais. La Poste refuse d’envisager cette hypothèse alors quʼelle vient de le faire pour le centre de tri de Créteil.

Il faut aussi rajouter que tout le trafic courrier du département serait envoyé à Wissous (Plate-Forme Industrielle Courrier – PIC). Et là aussi, les incohérences continuent :
– Ce centre est géré par la Direction de Paris et non par la Direction de lʼEssonne ! On imagine très bien que la priorité de Wissous sera de traiter le courrier parisien et non celui de lʼEssonne… Bonjour les retards !
– Situé au nord du département, lʼacheminement du courrier pour les facteurs de lʼEssonne sera forcément plus long… et plus tardif ! Encore une dégradation du service public qui nʼa pas besoin de ça…
– Un bilan écologique désastreux par une intensification du nombre de camions sur les routes de lʼEssonne, Wissous étant complètement excentré par rapport au département.

Lʼintersyndicale du Centre de Tri a fait des propositions claires, transmises à La Poste et aux élus pour le maintien du centre. Comme à Créteil et pour lʼensemble des départements dʼIle de France, ces propositions permettent de garder un centre de tri départemental pour lʼEssonne et de le transformer en PIC 91. Il reste 28 millions dʼeuros sur le projet initial de La Poste…

Une partie de cet argent doit servir à garder un service public de proximité !

Pour information, la transformation du Centre de Tri de Créteil en PIC (notre demande sur lʼEssonne) coûte… 1 million dʼeuros ! Et il reste là-bas, 320 salariés… Qui dira que la même chose nʼest pas possible en Essonne ! Le personnel, les organisations syndicales, le comité de soutien, nʼacceptent pas les choix de La Poste. Ils appellent la population à les soutenir par tous les moyens contre la fermeture du Centre de Tri, pour le maintien dʼun service public postal de qualité.

Vous pouvez dʼores et déjà signer la pétition en ligne, remplir une carte postale de protestation, faire savoir auprès de la direction de La Poste votre refus de voir votre département devenir un département de seconde zone postale ! Nous invitons la population à rejoindre les manifestations et rassemblements qui auront lieu dans les semaines qui suivent.

 

CONTRE LA PRIVATISATION DE LA SANTE

Partout en France,  des comités de défense des hôpitaux publics membres de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité, s’organisent et regroupent des usagers, des salariés et des élus autour de la défense de ce bien commun universel qu’est la santé. Plus de 50 organisations appellent à la mobilisation. Dans l’Essonne, des collectifs,  des partis politiques, et des syndicats relaient cet appel.

POUR LA DÉFENSE DES
HÔPITAUX PUBLICS DE l’ESSONNE
POUR L’ÉGALITÉ D’ACCÈS AUX SOINS

CONTRE LA PRIVATISATION DE LA SANTE

Après la fermeture de la maternité, du centre IVG et de la chirurgie sur l’hôpital de Juvisy, l’Agence Régionale de Santé Ile de France impose la fusion  de services hospitaliers dans notre département (Evry-Corbeil ; Etampes-Dourdan ; Orsay-Longjumeau), ferme l’hôpital de Champcueil et Joffre à Draveil. Et le plus grave, l’ARS entend fermer les urgences des hôpitaux de proximité de 18 H 30 à  8 heures pour les concentrer sur un seul site, celui du futur hôpital Sud Francilien (Evry-Corbeil).

Partout en Ile de France c’est la même politique

La mise en œuvre par le gouvernement de la loi HPST-Bachelot-Sarkozy frappe de plein fouet nos hôpitaux, nos maternités, nos centres d’IVG… C’est tout notre service public de santé qui se détériore, tant pour celles et ceux qui en ont besoin que pour celles et ceux qui y travaillent.

Les franchises médicales, les déremboursements, les dépassements d’honoraires, les restructurations hospitalières, les privatisations, le démantèlement de la sécurité sociale, la réforme de la dépendance, la mise à mal de la psychiatrie publique… remettent en cause l’accès aux soins pour des millions de nos concitoyens. Notre santé est en danger !!

Face à ces décisions, sachons tous nous regrouper pour défendre les  hôpitaux publics de notre département, l’accès aux soins pour tous, et la sécurité sociale.

USAGERS, SALARIES, ELUS
RÉSISTONS
TOUS ENSEMBLE
BOUGEONS-NOUS
AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD !!!

RASSEMBLEMENT
LE 2 AVRIL A 14H30
PLACE de la  BASTILLE