C'est le titre du nouveau livre que sort Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche et Député européen, publié dès ce mercredi 13 octobre 2010 aux éditions Flammarion.

C'est aussi la traduction du cri que poussait le peuple d'Amérique latine lorsqu'excédés par les politiques libérales qui le frappaient, de quelque gouvernement qu'elles viennent, il réclamait une autre politique.

Cela paraît sans doute excessif, outrancier. C'est aussi pourtant, le cri que poussent tous les libéraux du monde devant les expériences réussies des révolutions citoyennes qui ont lieu sur ce continent.

" />

Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

Qu’ils s’en aillent tous, vite la révolution citoyenne !

C’est le titre du nouveau livre que sort Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche et Député européen, publié dès ce mercredi 13 octobre 2010 aux éditions Flammarion.

C’est aussi la traduction du cri que poussait le peuple d’Amérique latine lorsqu’excédés par les politiques libérales qui le frappaient, de quelque gouvernement qu’elles viennent, il réclamait une autre politique.

Cela paraît sans doute excessif, outrancier. C’est aussi pourtant, le cri que poussent tous les libéraux du monde devant les expériences réussies des révolutions citoyennes qui ont lieu sur ce continent.

Tentatives de putsch contre Hugo Chavez au Venezuela. Tentative de putsch contre Evo Morales en Bolivie. Tentative de putsch contre José Manuel Zelaya en Honduras. Et la nuit dernière tentative de putsch contre Rafael Correa en Equateur.

A chaque fois, des présidents légitimement élus. A chaque fois, des présidents populaires, soutenus par leur peuple. A chaque fois, des présidents qui ont mis en place des processus de décisions démocratiques d’implication populaire et des politiques anti-libérales.

Les libéraux essayent qu’ils s’en aillent tous, ces présidents. L’adhésion populaire à des politiques qui luttent contre la pauvreté, pour la réappropriation des ressources énergétiques du pays, contre l’illettrisme, pour l’implication populaire dans les grands choix de la nation, contre les discriminations : tout ceci leur est insupportable.

C’est la preuve par l’exemple jeté à la face du monde que des politiques alternatives à celles préconisées par le FMI existent. Et que ça marche. Que ça fait le bonheur du plus grand nombre. Tout le contraire de ce qui est fait Grèce ou en Espagne.

Catégorie : Général

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*