Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

Les intermittent-e-s du spectacle un point essentiel pour le bonheur de tou-te-s

Mon intervention au Conseil Municipal de Montreuil du 26/06/14

Monsieur le Maire, chère Alexie (adjointe à la culture), cher-e-s collègues, mesdames et messieurs. Avec mes camarades du Parti de Gauche nous nous associons bien entendu pleinement à cette initiative d’adhésion au dispositif national des cafés-culture. Celui-ci à la fois utile pour l’encadrement des pratiques amateurs dans le cadre non lucratif, il est aussi pour nous un bon vecteur quand à la nécessité de soutenir l’emploi artistique, aussi bien dans les bars que dans les petits lieux. Il permet de donner une offre culturelle supplémentaire à notre ville.

Mais malheureusement ces quelques mots de réjouissance ne peuvent nous faire oublier que le gouvernement de M. Valls, fait la démonstration une fois de plus de sa soumission au MEDEF, en validant l’accord de l’UNEDIC concernant les intermittents du spectacle. Nous voulons ce soir réaffirmer notre entier soutien aux actrices et acteurs du grand monde de la culturel, à ces intermittents du spectacle qui chaque jour ne compte pas leur temps pour apporter le bonheur partagé de l’intelligence humaine.

Ce n’est certainement pas l’annonce faites par le 1er ministre, ces jours derniers, de réaffirmer que  les budgets alloués au spectacle vivant seront strictement préservés en 2015 et 2016 qui changera grand-chose à l’avenir. Puisque en même temps le comité de suivi budgétaire votait une réduction de 69 millions d’euros sur les budgets soit disant consacrés, de la culture!

L’ensemble des activités culturelles en France, qui concerne des centaines de milliers d’emploi directs et indirects, rapportent 180 fois plus que ce que coûte l’indemnisation sociale des intermittents. En regardant exclusivement un point unique de l’économie, le gouvernement ne voit pas plus largement ce que la culture influe sur l’ensemble de l’économie générale de la France. Il est donc incontestable pour nous que l’organisation de cafés-culture à Montreuil permettra d’apporter un développement économique à notre ville autre que la seule question du spectacle.

Mais au-delà d’une simple question d’économie ou de finance, la culture est la seule chose qui plus ont la partage plus elle est partagée. Et à Montreuil nous savons de quoi nous parlons en termes de culture. Le secteur des arts et des spectacles y est presque autant représenté qu’à Paris avec de surcroit plus de 1 200 intermittents du spectacle domiciliés dans notre ville. C’est grâce à ces personnes que les montreuilloises et montreuillois peuvent être heureux de pouvoir partager, rêver, les un-e-s avec les autres. De trouver le bonheur, de voir une pièce, un film, un spectacle vivant, un concert, de lire un livre ensemble, de découvrir un tableau, une sculpture. Ce bonheur qui permet à chacune et chacun d’entre nous de prendre conscience que nous sommes de la même communauté, de la même civilisation, celle de l’humanité.

Considérant que la culture ne peut être vue sous le seul angle de la calculatrice économique, qu’elle ne devrait pas souffrir de la volonté politique de la finance et du grand patronat. Le Parti de Gauche demande instamment au gouvernement de revenir sur sa décision d’agréer l’accord de l’UNEDIC.

Une fois de plus, nous 4 élu-e-s du Parti de Gauche à Montreuil, nous voulons réaffirmer notre solidarité avec l’ensemble des professionnels du spectacle et de l’audiovisuel et bien sûr, avec tous les salariés qu’ils soient intermittents du spectacle ou travailleurs précaires, qui sont touchés à Montreuil par cet accord.

.

Catégorie : Général, Montreuil

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*