Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

Soutien au camarade Gérard Cazorla, secrétaire CGT au CE de FRALIB

Photo du site http://cgt.fralibvivra.over-blog.com

Photo du site http://cgt.fralibvivra.over-blog.com

Parceque la lutte contre l’oligarchie financière ne passe pas que par des blogs, Facebook ou autre réseaux sociaux comme twitter. Bien entendu ils contribuent grandement à la diffusion des idées et en l’occurrence ici, d’un appel à soutenir un camarade de classe. Tout un collectif de blogueuses et blogueurs s’est associé à la lettre du camarade Iberenexil.

De quoi est-il question ? Le titre en dévoile déjà beaucoup, mais tu dois savoir, camarade lectrice et lecteur, que les dirigeants de UNILEVER mettent tout en œuvre pour discréditer nos camarades et par delà le propre combat politique du Front de Gauche et de l’ensemble de la gauche de transformation, radicale et concrète. Leurs attaques ne portent pas uniquement sur leur projet alternatif d’auto-organisation de la classe ouvrière, SCOP TI, mais visent l’honneur et la probité de nos camarades.

C’est pourquoi je vous invite chères camarades lectrices et lecteurs, car cela est, comme je vous l’explique précédemment, extrêmement important, à aller soutenir le camarade Gérard Cazorla ce mardi 2 avril 2013 à 13h devant le tribunal de Nanterre. C’est la troisième fois qu’il est convoqué devant les juges pour soit disant avoir porté « atteinte à l’honneur d’UNILEVER ».

UNILEVER, vous savez c’est ceux qui depuis près de de 2 ans veulent exporter de Géménos (13) la production du « thé éléphant ». Pour de petites raisons de simple calcul de petits sous. Retranscrit dans une boîte de 25 sachets de thé ou d’infusion, la masse salariale (Salarié-e-s et dirigeants) n’est aujourd’hui que de 16 centimes d’€uros. En voulant exporter la production vers d’autres pays, ou les salarié-e-s ne seront pas mieux traité-e-s, UNILEVER cherche à économiser moins d’un centime par sachet de thé ou d’infusion. SCANDALEUX ! Vous avez dit, eh oui, la recherche du profit se trouve partout, tout le temps, ils n’ont plus de cesse que de vouloir accumuler plus au détriment de l’Humain ! Même quand cela en devient plus qu’absurde, la calculette n’a pas de considération, elle calcule c’est tout !

Avec-les-fralibsMais un peu d’histoire ne nous fera pas de mal, vous constaterez par vous même l’ampleur du démantèlement et de la casse de l’outil de production !

Le mardi 28 septembre 2010, le groupe UNILEVER annonçait sa volonté de tenter de mettre fin à 118 ans de présence du thé de l’Eléphant dans la région marseillaise et donc de fermer l’usine de Gémenos. Dans les années 70, quand UNILEVER a acquis le Thé de l’Eléphant, l’entreprise fabriquait des sachets pour la seule région PACA, près de 400 salarié-e-s y travaillaient. La production avant la fermeture se faisait avec 182 salarié-e-s pour toute la France ! Déjà, en 1998 UNILEVER fermait l’usine de FRALIB au Havre, là où été conditionnait LIPTON. 53 salarié-e-s et leurs familles sont descendus à Marseille, seule usine en France, pour conserver leur emploi.

A cette date du 28 septembre 2010, a été engagé par les salarié-e-s de FRALIB une lutte pour le maintien de l’activité industrielle et des emplois dans leur région qui était et est durement touchée par le chômage et la précarité. C’est donc durant plus de 800 jours que nos camarades de classe nous ont montré ce que peut être le combat de salariés qui refusent de baisser les yeux face à un géant capitaliste de l’agro-alimentaire.

Vous pouvez retrouver l’ensemble de la lutte des FRALIB sur le site http://cgt.fralibvivra.over-blog.com/ ou encore sur http://www.cgt-fralibvivra.fr/ mais également dans le livre « Avec les Fralib, de la résistance à l’alternative« 

Mais en attendant toutes et tous ce mardi 2 avril 2013 à 13h devant le tribunal de Nanterre pour soutenir Gérard CAZORLA.

Camarade lectrice ou lecteur si tu viens devant le tribunal à Nanterre ce mardi 2 avril, ne vient pas pour te faire prendre en photo et passer dans les médias, aujourd’hui c’est plus que sérieux, c’est notre classe qui est attaquée ! Alors on soutien et on parade pas !

On lâche rien !

———————————————

Supplément vidéo : « On se bat pour notre projet alternatif ! », Gérard Cazorla (Fralib)

.

Catégorie : Général
  • Mugnier Odile a dit :

    Bonjour,
    Trop loin pour soutenir Gérard Cazorla devant le tribunal de Nanterre mais de tout coeur avec lui et tous les fralibiens. BRAVO et COURAGE !!!
    Un d’eux témoignera au rassemblement qui se tiendra sur le plateau des Glières (Haute-Savoie) le week-end du 18 et 19 mai avec bien d’autres « Résistants d’hier et d’aujourd’hui ».

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*