Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

Meeting contre l’austérité, 16 novembre à Paris

6 premiers mois de Hollande sous le dogme austéritaire

Hollande vient de faire adopter avec les voix de la droite le traité européen signé par Sarkozy, en bafouant ses promesses de renégociations. Il veut maintenant nous imposer un budget d’austérité : des coupes sombres aux dépens du logement, de la santé, de la sécurité sociale. Aucun rapport de force n’est établi contre le patronat qui licencie à tour de bras. Les urgences écologiques sont sacrifi ées sous la pression des lobbys. Les promesses d’égalité des droits sont abandonnées : droit de vote des étrangers aux oubliettes et poursuite de la chasse aux Roms. La continuité avec les politiques de Sarkozy l’a emporté sur les promesses de changement. La rupture est urgente, d’autres choix sont possibles ! On n’a pas viré Sarkozy pour ça !

L’austérité aggrave la récession !

Partout en Europe, les plans d’austérité s’abattent sur les peuples et aggravent la récession. L’austérité, c’est moins d’investissements publics, la privatisation des services publics et la baisse des salaires. C’est moins d’activité pour les entreprises. Le chômage et la précarité explosent. Résultat, les rentrées fi scales diminuent et les défi cits des pays augmentent.La règle de plomb de l’austérité ne freine pas l’endettement… elle l’accélère !

La résistance s’organise, l’alternative aussi !

Le 14 novembre, dans toute l’Europe, à l’appel de la Confédération européenne des syndicats, des mobilisations s’organisent contre l’austérité. Pour la première fois des grèves générales ont lieu dans plusieurs pays (Espagne, Portugal, Grèce). En France, les résistances à l’austérité peuvent compter sur le Front de Gauche dont les parlementaires ont voté contre le traité. Le Parti de Gauche, membre du Front de Gauche, s’engage contre le budget d’austérité du gouvernement Hollande-Ayrault. À celui-ci nous opposons un contre-budget qui fait le choix de taxer réellement le capital au même niveau que le travail. Il prouve qu’une autre politique est possible et urgente : pour interdire les licenciements boursiers, pour mettre au pas la fi nance, pour engager la planifi cation écologique, pour l’égalité des droits !

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*