Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

Pas d’austérité pour notre santé, à Montreuil aussi

Après 5 ans de Sarkozy, l’accès à la santé est dans un piteux état : près d’un tiers de la population ne peut dans les faits plus accéder aux soins du fait de son coût (des dépassements d’honoraires, des franchises médicales, des forfaits hospitaliers, de l’augmentation des complémentaires santé….) et de la dégradation de l’accès aux soins (fermetures d’hôpitaux ou de spécialité ou de structures de proximité…).

Le gouvernement Hollande n’a toujours pas pris les mesures urgentes pour rétablir l’accès aux soins pour toutes et tous et partout. Et les budgets qui se préparent dans le cadre de la mise en application du traité austéritaire nous font craindre le pire !

A Montreuil aussi la santé est menacée

L’exemple de la défaillance de cette politique austéritaire est donné ici à Montreuil, avec le Centre Hospitalier Intercommunal qui de par sa situation financière, avec un niveau critique, menace à très court terme la pérennité de l’activité du CHI André-Grégoire. Des dettes qui s’accumulent et qui le privent d’un renouvellement régulier de son matériel , créant ainsi une problématique dans son fonctionnement au quotidien, l’empêchant d’assurer un service public de santé associant qualité, proximité, égalité et droit d’accès aux soins pour tous. Cette situation dramatique est en premier lieu du fait de la loi HPST de Mme Bachelot et de la mise en place des ARS et de leur financement.

Les doubles discours ne sont plus possible

La maire de Montreuil, ancienne ministre d’un gouvernement de gauche, veut apparemment sauver le service public de la santé en s’activant pour la sauvegarde du CHI André-Grégoire de Montreuil depuis quelques mois. Mais d’un autre coté s’empresse de faire connaître sa volonté que le TSCG soit ratifié, et s’oppose à sa propre organisation, tout comme Mme Cécile Duflot qui soutien le 1er ministre Ayrault et le président Hollande dans cette gabegie anti-démocratique de ratification du traité de l’austérité (Le même que celui de Sarkozy). On ne peut raisonnablement pas avoir un double discours comme celui-ci, Mme Voynet. La situation est trop grave pour jouer à la langue de bois, au petite stratégie politicienne pour obtenir un maroquin en faisant plaisir au premier ministre. La sauvegarde de l’hôpital public est une priorité, notamment dans notre département de la Seine-Saint-Denis et sur le territoire de Montreuil. Les usagers ne rigolent pas de cette situation qui les touche directement.

La Loi doit changer 

Un gouvernement de gauche doit immédiatement abroger la loi Bachelot qui casse l’hôpital public, instaurer un moratoire global sur les restructurations en cours des établissements de santé, supprimer les franchises médicales et interdire les dépassements d’honoraires ! Pour une santé remboursée à 100% et un égal accès sur tout le territoire, il faut assumer les dépenses utiles et non imposer de nouvelles saignées ! , Dans de nombreuses villes de France, le collectif « Notre santé en danger » appelle à des manifestations. Pour défendre notre santé, refusons les politiques d’austérité, Résistances !

L’humain d’abord Mme Voynet, l’humain d’abord !

 

 

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*