Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

Nous tenons la clé de notre avenir commun !

Comme plusieurs de mes camarades blogueurs et blogueuses je vais faire part de mon analyse-réaction de ce scrutin du 1er tour de la présidentielle. Aucun regret, aucune déception, au si bien sur ! Celle de voir la mère facho faire un score qui me donne la nausée. Mais je veux garder le souvenir profond du parcours que nous avons  fait jusqu’à ce jour, je parle bien entendue de celui du Front de Gauche et tout particulièrement de ma propre organisation, Le Parti de Gauche. Le PG comme nous sommes beaucoup à dire.

Crédit photo : Stéphane Burlot

Tout était à faire, tout à démontrer

J’ai participé à la création du PG et donc à celle du Front de Gauche il y a plus de 3 ans, et dés le début nous savions avec les camarades que rien ne se ferait en claquant des doigts, la tache que nous nous étions donné fin 2008 n’était pas chose facile, mais le challenge de suivre l’exemple que nous ont montré nos amis d’Amérique du sud sur ces dernières années ne pouvait que nous donner du baume aux cœurs car ils portent l’espoir d’une société plus humaine.

Il y a quelques mois encore il nous était donné que 3% ou 4% dans les intentions de votes. Et voilà que nous faisons plus que deux fois et demi  de l’estimation la plus haute. Un constat clair, nous progressons encore, à chaque élection, depuis que nous avons commencé avec celle des européennes de juin 2009. Nous ne devons donc pas rougir de notre score de ce dimanche 22 avril 2012.

Crédit photo : Stéphane Burlot

Une force politique est née

Il est inéluctable qu’avec cette campagne nous avons créée une force nouvelle dans le paysage politique français. Nous avons réveillé une partie de notre peuple, une conscience de classe se propage dans les esprits et elle ne s’arrêtera pas, ceux-là même qui nous ont rejoint le savent, il faut conscientiser les salarié-e-s, les travailleurs-euses, le peuple pour qu’une société plus juste puisse naitre de notre implication citoyenne.

Maintenant il est de la responsabilité des organisations qui composent le Front de Gauche de faire au mieux pour que cette force qui vient de naitre avec toutes les personnes qui sont venues nous rejoindre et celles et ceux qui nous ont fait confiance lors du scrutin d’hier, puissent continuer la dynamique engagée. J’y vois déjà ma tâche dans cet avenir proche. Accueillir, former, organiser avec les nouveaux venus et ceux déjà présent.

Les chiens de gardes ont fait le boulot pour la mère facho

C’est la gorge noué à l’idée d’évoquer le score des fascistes, que j’écris cette partie de mon billet. Ce score ne doit sa hauteur qu’aux seuls médiacrates et journaleux qui par leurs incessantes mise en lumière semi-permanente de la semie-démente fille de son père n’aurait rien été si ceux-ci n’avaient pas fait le choix de la faire rentrer par les écrans et les papiers torchons.

Mais il faut garder aussi pour mémoire, comme me le disait un garçon de café hier soir après l’annonce des résultats, nous voyant ma compagne et moi avec nos autocollants sur nos vêtements. « Heureusement que Mélenchon était là pour affronter la Lepen, si non elle serait au deuxième tour ! « . Voilà tout est dit, il a fini par nous dire « On lâche rien !  » au moment de notre départ. Comment ne pas rejoindre les conclusions de cet homme ? C’est nous, le Front de Gauche, qui avons porté l’essentiel de la bataille contre le FN. Seul, vent debout, sans peur ! Nous avons révélé la vérité sur le parti de la haine, son libéralisme le plus dure, son anti-féminisme le plus flagrant et toute sa haine pour les ouvriers autant que pour les immigrés et son incohérence programmatique. Seul, nous avons porté les coups sur le front de la haine, tout en prenant ceux des écologistes et de quelques amis de Hollande. Nous pouvons en être fier, seul, seul et seul !!!

Crédit photo : Stéphane Burlot

Nous tenons les clés des prochaines portes

Maintenant que faire ? Que va-t-il se passer ? Pour ma part c’est simple, ce mardi 1er mai je serais dans la rue avec mes camarades syndicalistes et les nombreux citoyens qui se mobiliseront, afin que nous montrions notre détermination de ne rien laisser passer à la finance. Comme un début de Front populaire, le peuple peut et doit se rassembler pour rappeler sa souveraineté aux puissants.

Le 6 mai je vote contre le copain des riches, je vote pour battre Sarkozyrikiki ! Sans rien négocier, sans rien demander, car c’est le rôle de tout électeur de gauche. Au second tour on se rassemble pour battre la droite ! J’ai donc la clé en main pour mettre dehors Sarko et casser l’axe européen Merkel-Sarkozy qui nous prépare l’austérité la plus dure sur l’ensemble de l’Europe.

La législative de juin, étape décisive

Tout ne s’arrête pas là, il y a encore du boulot. La prochaine échéance électorale est aussi très décisive, la législative est la prochaine porte de notre avenir commun, nous avons collectivement la possibilité d’en avoir la clé. Pas question d’y laisser une majorité de droite, quelle quelle soit ! Droite traditionnelle, extrême, du centre … Puisque de toute évidence elle se reconstituera autour d’une mutation du parti de la mère facho.

Mais il n’est pas question non plus de laisser la place belle aux socio-libéraux du Parti Socialiste, je ne leur fais aucune confiance pour combattre la finance et pour répartir les richesses de notre pays. Nous avons donc besoin d’un groupe Front de Gauche, constitué d’un nombre important de sièges à l’Assemblée Nationale, qui fasse que la gauche soit majoritaire et qu’au minimum nous en soyons la clé de cette majorité.

Voila donc pour le moment la feuille de route que je me suis défini pour les mois qui vont venir jusqu’à l’été, j’espère que nous serons nombreux à pouvoir la partager.

On lâche rien !

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*