Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

Le Front de Gauche lutte contre le Mécanisme Européen de Stabilité

La mise en place du Mécanisme Européen de Stabilité (cf vidéo ci-dessous) dit « MES » fait l’objet d’un second traité après celui « sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’union économique et monétaire », le fameux traité intergouvernemental (« TSCG »). Ce MES, c’est l’institutionnalisation indéboulonnable de l’actuel Fonds Européen de Stabilité Financière. Les prêts qu’il propose aux États en difficulté ou « à titre de précaution » sont subordonnés à l’application de plans d’austérité infligés par l’Union et le FMI, plans à l’origine du martyr actuel de la Grèce, du Portugal et l’Irlande.

Le Mécanisme Européen de Stabilité est le nouveau dictateur européen. Quand il veut, et aussi souvent qu’il veut, il peut simplement exiger des pays de la zone euro de payer des milliards d’euros sous 7 jours!!! Il peut ruiner un gouvernement en moins d’une semaine !!!

Ce second Traité pourrait être soumis à la ratification de l’Assemblée Nationale dès le 21 février prochain. Il sera soumis à ratification en même temps que l’amendement au Traité de Lisbonne qui permet l’inscription de ce mécanisme et donc du FMI dans le droit primaire de l’Union européenne ! Le peuple français devrait pouvoir être consulté. Ne pensez-vous pas ? Gageons qu’il n’en sera rien bien sûr.

François HOLLANDE a prévenu qu’il ne demanderait pas de référendum. « Le prochain président » ne sera donc guère différent de l’actuel sur ce point.

La France est la première à engager la procédure de ratification du MES. Des mouvements d’opposition se lèvent dans plusieurs pays signataires qui interpellent les élus sur leur attitude future.

En France, à ce jour, seuls Jean-Luc Mélenchon au nom du Front de Gauche et Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière se sont prononcés clairement contre le MES et ont appelé les parlementaires à ne pas voter les textes soumis le 21 février.

Si ces deux textes soumis le 21 février sont adoptés, il est indispensable que soit saisi le Conseil constitutionnel. Y a-t-il, dans le Parlement du pays qui a donné au monde les progrès de 1789, 60 députés et sénateurs pour soumettre au respect de la Constitution des traités qui la violent ?

Lors de la manifestation de soutien au peuple grec, Jean-Luc Mélenchon a invité chacun à lutter contre la ratification prévue le 21 février par l’Assemblée Nationale du traité sur le « Mécanisme Européen de Stabilité financière ».


J.-L. Mélenchon « Mécanisme de stabilité » par lepartidegauche

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*