Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

Déchets hautement radioactifs en Essonne

Un train transportant du combustible usé italien hautement radioactif devrait quitter l’Italie pour rejoindre le terminal ferroviaire de Valognes (Manche). En France, il traversera 12 départements (la Savoie, l’Ain, la Saône-et-Loire, la Côte-d’Or, l’Yonne, la Seine-et-Marne, l’Essonne, le Val-de-Marne, les Yvelines, l’Eure, le Calvados et la Manche), et empruntera les voies du RER en région parisienne, comme le mardi 8 février 2011.

Ce wagon après être passé par Chambéry, Bourg en Bresse, Montereau-Fault-Yonne, Melun, va traverser notre département entre 2h50 et 6h15 le 10 mai.

– 2h48 Boussy-Saint-Antoine, Essonne
– 2h49 Brunoy, Essonne
– 2h51 Yerres, Essonne
– 2h52 Montgeron, Essonne
– 2h57 Villeneuve-Saint-Georges
– 5h37 Vigneux-Sur-Seine, Essonne
– 5h38 Juvisy-Sur-Orge, Essonne
– 5h49 Savigny-Sur-Orge, Essonne
– 5h53 Epinay-Sur-Orge, Essonne
– 5h57 Balizy, Essonne
– 5h59 Chilly-Mazarin, Essonne
– 6h00 Longjumeau, Essonne
– 6h06 Massy, Essonne
– 6h11 Igny, Essonne
– 6h13 Bièvres, Essonne

Il poursuivra sa route dans le département des Yvelines et traversera les villes de Versailles, Plaisir …. Dans sa totalité il traversera des secteurs ou vivent des millions d’habitants. De 2h à 8h du matin en région parisienne.

Un transport à haut risque

Hautement radioactif, le combustible usé, composé majoritairement d’uranium, mais aussi de plutonium, dégage énormément de chaleur. Comme tout transport de matières radioactives, ce convoi montre des risques en termes de sûreté et de sécurité, notamment du fait de la concentration des déchets dans les wagons. Il ne permet pas non plus d’éviter les zones urbaines.

Les rayonnements radioactifs “Gamma“ émis par les conteneurs “CASTOR“ se propagent à plusieurs dizaines de mètres du wagon et exposent à des radiations ionisantes les personnes situées à proximité, entraînant un risque pour les riverains et les cheminots. La réglementation sur le transport des matières radioactives autorise des débits de dose pouvant aller jusqu’à 2 milliSievert par heure au contact du wagon, soit un niveau de radiation environ 20 000 fois supérieur à la radioactivité naturelle(2).

Un transport tenu secret

Malgré ces risques, les autorités ne fournissent aucune information sur ce type de transports, et taisent leur dangerosité pour les riverains, la population et les salariés concernés. Certains services de l’Etat et les collectivités et élus locaux, qui devraient être formés et avertis pour pouvoir réagir et mettre en œuvre un plan d’urgence en cas de problème, sont maintenus dans l’ignorance.

Le Réseau « Sortir du nucléaire », RNA et SUD-Rail tiennent à rappeler qu’il est conseillé aux agents et au public de se tenir éloignés d’un convoi hautement radioactif stoppé en gare, et incitent les cheminots à exercer leur droit de retrait en cas d’intervention sur ces convois.

Un transport inutile

L’industrie nucléaire produit chaque année des tonnes de déchets dont on ne sait que faire(3). Certains pays étrangers, dont l’Italie, envoient le combustible usé issu de leurs centrales à l’usine AREVA de La Hague pour qu’il y soit “traité“ : l’Hexagone est ainsi régulièrement traversé par ces déchets.

Pourtant, loin d’être une solution, le “traitement“ des déchets engendre des risques et des transports supplémentaires. Il contamine de manière irréversible la pointe du Cotentin en rejetant des effluents chimiques et radioactifs dans l’eau et l’environnement. Il est de surcroît inutile : le traitement à l’usine de La Hague ne diminue pas la radioactivité des déchets, mais il augmente au contraire leur volume. Ainsi, pour une tonne de matière retraitée, environ 65 m3 de déchets sont produits.

Danger pour le personnel et les voyageurs

Il est donc légitime de s’interroger sur le danger sanitaire de ce wagon tant pour le personnel de la SNCF, de RFF, d’AREVA et des entreprises de manutention, que pour les personnes circulant à proximité immédiate dans les trains de voyageurs ou attendant sur les quais des gares qu’il traverse et où il a stationné parfois plusieurs heures.

Le danger est le même pour le personnel des forces de l’ordre lorsqu’elles voyagent plusieurs heures sans aucune protection dans de simples wagons de voyageurs dans des trains spécialisés convoyant plusieurs conteneurs de matière radio-active (les consignes données au personnel de la SNCF l’invitent à ne pas s’approcher des wagons radio-actifs).

Nous devons exiger toute la transparence sur ces transports. Toutes les personnes concernées, les travailleurs intervenants à proximité, les populations riveraines et les usagers des chemins de fer, doivent être pleinement informées des risques encourus, des précautions à prendre,  de la règlementation en vigueur et des mesures prises  pour veiller à son respect.

Pour les agents de la SNCF, de RFF d’AREVA et d’entreprises de manutention, quels sont les consignes et dispositifs de protection, gants, lunettes, voir combinaisons, portiques et autres mesures de la radio-activité sur les installations fixes et mobiles, etc..

Pour les usagers, quelles sont les consignes de maintien à distance et leur signalement sur les quais ? Quels sont les dispositions de circulation et de stationnement respectif des autres trains et de ce wagon radio-actif pour limiter la réception au passage de dose de radiation ?

Qui serait responsable donc sanctionné en cas de déraillement, quand tout est fait pour diluer les responsabilités, quand on constate que les cadres dirigeants de ces diverses entreprises, pourtant à ce jour encore toutes en partie contrôlées par l’actionnaire majoritaire, l’Etat,se renvoient la balle ? Alors que les alertes ont été lancées et rendues publiques sur la dégradation progressive du Réseau Ferré de France, faute de moyens consacrés à son entretien ? Alors que nombre d’accidents du travail dans ces secteurs sont la conséquence incontestable de la dégradation des conditions de travail imposées par le « management » : recours à des travailleurs intérimaires et mise en postes exposés de jeunes travailleurs encore insuffisamment formés et encadrés ? Quelles sont les consignes et l’entraînement dont disposent pour ce transport les personnes en charge de la sécurité des travailleurs et des populations, élus, administration, Services Départementaux d’Incendie et de Secours ?

Nous devons demander que ce transport soit assorti, tant sur les quais des gares traversées que lors des stationnements, de mesures de radio-activité menées par un laboratoire à l’indépendance incontestée.

Nous devons demander que les dispositions de protection et de sécurité, tant à prendre réglementairement que déjà mises en œuvre, soient immédiatement rendues publiques avant la circulation d’un wagon radio-actif.

Pour plus d’information : http://www.sortirdunucleaire.org/

Catégorie : Général

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*