Franck BOISSIER

Conseiller municipal délégué de Montreuil-sous-bois

Pour une gauche radicale et concrète

Le diable de confort c’est le FN

L’extrême droite a toujours joué le même rôle : celui de caniche des puissants et des capitalistes qui leur permet de se maintenir aux commandes contre les intérêts du peuple !

L’histoire le montre : en Allemagne de 1934 à 1945, en Italie de 1922 à 1945, en Espagne de 1939 à 1975, au Portugal de 1932 à 1974, jamais les peuples n’en sont sortis gagnants.

A chaque fois, les acquis sociaux ont reculé, les libertés publiques ont été bafouées.

Et le patronat ? Malgré les promesses programmatiques, celui-ci s’en est toujours très bien tiré. Il s’est même renforcé et enrichi.

Quand le peuple gronde, les puissants et les dirigeants de ce monde utilisent toujours les forces politiques à leur disposition pour préserver leurs intérêts :

• Nicolas Sarkozy le bon ami des actionnaires. La nuit du Fouquet’s et l’invitation à passer ses premières vacances présidentielles sur un yacht estampillé CAC 40 sont là pour nous le rappeler.

• Dominique Strauss-Kahn le bon remplaçant. Les méthodes du FMI continuent à contenter la finance plutôt que les travailleurs. Le Parti Socialiste et ses alliés écologistes font de très bons supplétifs, peu susceptibles de renverser la table du Fouquet’s. Leur but serait plutôt de s’y asseoir.

• L’extrême-droite : si la droite et la sociale démocratie échouent à maintenir l’ordre dominant, il est appelé en renfort par les puissants pour établir un dernier rempart devant le peuple qui se dresse. L’ennemi n’est plus le banquier,mais l’étranger. Le problème n’est plus la précarité, c’est l’insécurité pour le plus grand bonheur du banquier ! Le Front National occupe alors le devant de la scène médiatique, se donne une image de respectabilité.

La solution n’est pas le Front National, c’est le Front de Gauche

Le gouvernement Sarkozy, le FMI, la commission européenne aux ordres du capitalisme et de la finance mènent des politiques contre les peuples de tous les pays ! La précarité frappe indifféremment les peuples sans distinction d’origine ou de religion. Le peuple a besoin d’être uni face aux puissants de ce monde qui profitent de la richesse produite par tous les salariés.

Partout, en triant les salariés, en faisant croire que le coupable de la pauvreté c’est le voisin ou l’étranger, les FN et la droite de tous les pays cherchent à diviser les salariés pour préserver les intérêts de la classe dirigeante et les détourner de leur intérêt : la redistribution des richesses ; Rien qu’en France, nous produisons 1 900 milliards d’euros de richesses chaque année ! C’est assez pour faire vivre tout le monde en paix, dignement, en préservant la sécurité sociale, une vraie retraite à 60 ans, un SMIC à 1500 €, des droits sociaux qui protègent, des services publics forts, des hôpitaux de proximité…

Si l’histoire ne se répète pas, parfois elle bégaie. Tirons-en les leçons et ne nous laissons pas avoir une fois de plus : pour résoudre la crise, il faut sortir des solutions libérales, quel que soit le nom qu’on leur fait porter. Pour en finir avec le libéralisme, qu’il soit incarné par la droite, le FN ou la sociale-démocratie :

LE SEUL VOTE UTILE C’EST LE FRONT DE GAUCHE

Catégorie : Général

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*